1925 - L'Exposition internationale de la Houille blanche et du Tourisme : la Tour Perret

1925 - L'Exposition internationale de la Houille blanche et du Tourisme : la Tour Perret

Tour Perret, vue de l'intérieur
© Photo Alain Fisher, 2008, VdG

La Tour Perret, construite en béton armé par l'architecte Auguste Perret, est une tour d'orientation élevée en 1925 à l'occasion de l'Exposition internationale de la Houille blanche et du Tourisme. Après la démolition du palais de la Houille blanche dans les années 1960, elle est le seul bâtiment témoignant de cette manifestation à être parvenu intact jusqu’à nous.

Classée Monument historique tardivement (1998) et labellisée Patrimoine du XXe siècle, c’est une oeuvre peu connue d’Auguste Perret. Elle en exprime pourtant tout l’art, qui associe étroitement le savoir-faire de l’architecte à celui du constructeur. Perret architecte s’exprime ici de manière très pure, selon les tracés, l’échelle et les proportions issues du carré. Perret constructeur mobilise un sens aigu du calcul, du détail et de l’exécution, qui lui assurent déjà une notoriété internationale dans le domaine naissant du béton armé. Haute de 86 mètres (95 mètres jusqu’à l’extrémité de sa pointe), la tour est la construction de béton armé la plus haute de son temps. Huit piliers forment la structure et lui confèrent un élan audacieux. Leur stabilité est assurée par un système de bandeaux qui les ceinturent à intervalles réguliers, scandant la verticalité de cette aiguille urbaine. Entre ces piliers, des claustras à écailles forment un épiderme ajouré. Un ascenseur rapide (1,15 m/s) ou un escalier hélocïdal placé en revers des façades conduisent les visiteurs à 60 mètres au-dessus du sol, jusqu’à une terrasse circulaire équipée d’une table d’orientation. Les points cardinaux, inscrits au-dessous, sont visibles depuis le sol. Un étage supérieur plus petit se dresse au-dessus, lui-même surmonté par un escalier en hélice. Aujourd’hui, valorisée par des illuminations récentes, la Tour Perret a retrouvé son rôle de phare nocturne. Fermée au public en 1965 en raison de la vétusté de son ascenseur, elle a subi les outrages du temps et nécessite une importante restauration, tant pour son intérêt architectural et historique que pour sa fonction de point de repère dans le paysage grenoblois.

Période historique

5ème période : 1880 / 1925

Classé en

  • Patrimoine Monumental (Civil)
  • Patrimoine Urbain (Mobilier Urbain)

Thématique(s)

  • Histoire & Evolution de la ville
  • Sciences/techniques/innovation
  • Tourisme

Bibliographie

- TARDY D. « Classé monument historique : de Prosper Mérimée aux nouveaux patrimoines ». Lyon : Hebdo Editions SA, 2003.
- AVENIER C. L'Ordre du béton : la Tour Perret de Grenoble. Grenoble : CRAterre, 2013.
- VINCENT S. et GUIBAL J. (dir.). Grenoble 1925 : la grande mutation, exposition internationale de la Houille blanche et du Tourisme. Grenoble : Musée dauphinois, 2015.
-Site Internet Archi 20-21 : https://www.archi20-21.fr/edifices/tour-observatoire

Crédit (auteur)

Directions des Affaires Culturelles et de l'Urbanisme, Ville de Grenoble

Date

1925

Diaporama

Tour Perret, vue de l'intérieur
Tour Perret, 1925.
Parc Paul Mistral, la Tour Perret et l'Hôtel de ville.
Tour Perret.
Tour Perret.

Vidéo