Cimetière Saint-Roch

Cimetière Saint-Roch

Cimetière communal Saint-Roch, plan fin XIXe siècle
© Plan, échelle 0.002 pm, fin XIXe s., AMG

Saint-Roch n’est pas, et de loin, le plus ancien cimetière de Grenoble, mais c’est le premier ouvert par la municipalité et destiné à tous les habitants. Placé dans la boucle de l’Isère, dite Île-Verte, alors non urbanisée et hors de l’enceinte de la cité, il est inauguré en 1810 à proximité d’une très vieille chapelle dont il emprunte le nom. Souvent agrandi, toujours en activité, il est aujourd’hui complété par celui des Sablons en vis-à-vis sur l’autre rive.

Deux traits le caractérisent. D’une part, comme le permet la loi de 1804, ce champ du repos accueille à côté des fosses temporaires des concessions privées de longue durée, voire perpétuelles. Cette nouveauté très appréciée suscite nombre de mémoriaux intéressants mais nécessite toujours plus d’espace. D’autre part, l'espace suit un dessin précis. Le cimetière, laïc mais béni, adopte très tôt le plan suggestif d’une église au chœur semi-circulaire, que les accroissements n’ont pas totalement fait disparaître. Un tracé géométrique dessine les premiers îlots, traversés par un boulevard dont une chapelle vient vite fermer la perspective. Le cimetière compte encore aujourd’hui 25 000 concessions sur 13 hectares. Plus de 800 tombes ont été classées remarquables, tant sur le plan architectural qu’historique lors de l’inventaire réalisé en 2005 par la Ville de Grenoble et le Conseil départemental de l’Isère.

Cimetière Saint-Roch, Grenoble

Comment s'y rendre ?

Période historique

3ème période : 1590 / 1830

Classé en

  • Patrimoine Monumental (Funéraire)
  • Patrimoine Urbain (Mobilier Urbain)

Thématique(s)

  • Histoire & Evolution de la ville

Bibliographie

- CAYOL-GERIN A., GUICHARD C. et RIBOREAU B. L'or gris du grand Grenoble. Lyon : Patrimoine rhônalpin, 1994.

Date

1810

Diaporama

Cimetière communal Saint-Roch, plan fin XIXe siècle
Cimetière Saint-Roch
Cimetière Saint-Roch