Diversité géologique du territoire grenoblois : situation de la ville

Diversité géologique du territoire grenoblois : situation de la ville

Vue aérienne du centre ville de Grenoble (à gauche) et de La Tronche (à droite)
© Photo Sylvain Frappat, 2014, VdG

Au confluent de l'Isère et du Drac, Grenoble, l’ancienne cité romaine devenue capitale du Dauphiné, occupe une cuvette alluviale à fond très plat, d’altitude voisine de 200 à 230 m, dominée par des versants dissymétriques dépassant 2000 m d’altitude.

Le remplissage d’origine lacustre du soubassement de la ville fait de Grenoble la ville la plus plate de France, caractère tout à fait original pour une ville au cœur des Alpes. Cette vallée a été façonnée par les glaciers isérois successifs. À la verticale de Grenoble, le glacier würmien de l'Isère avait sa surface à 1200 m. Le fond rocheux de la vallée de l’Isère se trouvait à plus de 200 m sous le sol actuel. Les quartiers récents de la ville s'étendent sur cette plaine alluviale, anciennement agricole, et rejoignent les communes, maintenant urbaines, de sa périphérie sud-orientale dont les zones construites s'appuient contre les reliefs de sa bordure est, au pied des collines bordières du massif de Belledonne. L'agglomération s'étend également vers le sud, entre le Vercors et les collines bordières de Belledonne, en s'engageant dans les vallées de la Gresse et du Drac.

Crédit (auteur)

Nicole Vatin-Perignon, Docteur d'Etat en volcanologie, ancienne présidente de l'Académie Delphinale

Diaporama

Vue aérienne du centre ville de Grenoble (à gauche) et de La Tronche (à droite)
Tours de l'Ile-Verte et massif de la Chartreuse, vus depuis le sommet de la tour Perret