Statue équestre de Philis de la Charce, 1900, de Daniel CAMPAGNE

Statue équestre de Philis de la Charce, 1900, de Daniel CAMPAGNE

Daniel Campagne "Statue équestre de Philis de la Charce", 1900, fonte de fer
© Photo Alain Fischer, 2008, VdG

Audio guide

  • français
  • anglais
  • espagnol
  • italien

Equestrian statue of Phillis de la Charce, 1900, made from cast iron.

In 1899, the Mayor of Nyons started a charity fund to erect a statue of Phillis de la Charce, often called "the Joan of Arc of the Dauphiné". Born in 1654 in the Alpes de the Haute Provence, Phillis de la Charce made a name for herself in 1692 by organising a popular local resistance movement when Prince Victor-Amadeus II of Savoy seized the Dauphiné region. It was on horseback, sword in hand that she freed Gap, the Diois and the Baronnies at the head of an army of peasants. Thanks to her relationship with the Marquise de Sévigné she was introduced to the court of the Sun King. Today, streets in Grenoble, Nyons and Gap are named after her.

The Parisian Daniel CAMPAGNE (1851 - 1910) created an equestrian statue that attracted much attention at the 1900 Salon. The monies gathered through the fund were not enough to pay the foundry worker and it was the town of Grenoble that acquired the cast iron statue in 1904. Too monumental to be shown at the museum, in 1913 it was installed at the entrance to the Jardin des Dauphins. Thanks to the 2008 restoration, Phillis de la Charce once again wields her previously stolen sword.

This work was acquired by the town of Grenoble in 1904. The town of Grenoble has more than 150 works installed in public places that we invite you to discover thanks to several trails across the town and on the grenoble-patrimoine.fr website. These trails have been created with the help of the Département of Isère and the Auvergne-Rhône Alpes Regional Cultural Affairs Directorate.

En 1899, le maire de Nyons ouvre une souscription pour ériger une statue de Phillis de la Charce, souvent appelée "la Jeanne d'Arc du Dauphiné". Philis de la Charce, née en 1654 dans les Alpes de Haute Provence, s'illustre en 1692 en organisant la résistance des populations de la région lorsque le prince Victor-Amédée II de Savoie s'empare du Dauphiné. C'est à cheval et l'épée à la main qu'elle aurait libéré Gap, le Diois et les Baronnies, à la tête d'une armée de paysans. Ses relations avec la Marquise de Sévigné la feront connaître à la cour de Louis XIV. Aujourd'hui, des rues à Grenoble, Nyons et Gap portent son nom.

Le parisien Daniel CAMPAGNE (1851 - 1910), réalise une statue équestre très remarquée au Salon de 1900. La somme réunie par la souscription ne suffit pas à payer le fondeur, et c’est la Ville de Grenoble qui acquiert en 1904 la statue en fonte de fer. Trop monumentale pour être exposée au musée, elle est installée en 1913 à l'entrée du jardin des Dauphins. A la faveur de sa restauration en 2008, Phillis de la Charce retrouve son épée précédemment volée.

Cette œuvre est un achat de la ville de Grenoble en 1904. La Ville de Grenoble compte plus de 150 œuvres implantées sur l’espace public, que nous vous invitons à découvrir à travers plusieurs parcours dans la ville et sur le site grenoble-patrimoine.fr Ces parcours ont été réalisés avec l’aide du Département de l’Isère et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne-Rhône Alpes.

Période historique

5ème période : 1880 / 1925

Classé en

  • Patrimoine Monumental (Artistique, culturel et scientifique)

Thématique(s)

  • Art et culture

Crédit (auteur)

Direction des Affaires Culturelles, Ville de Grenoble

Date

1900

Diaporama

Daniel Campagne "Statue équestre de Philis de la Charce", 1900, fonte de fer
Daniel Campagne, Statue équestre de Philis de la Charce, 1900, fonte de fer