Fort Rabot, actuellement résidence universitaire du Rabot

Fort Rabot, actuellement résidence universitaire du Rabot

Le fort Rabot (à droite)
© Photographie de Maurice Duverney, Prêt, 2005, VdG

Le fort Rabot date de la fin du XVe siècle. C’est le premier élément d’un vaste ensemble fortifié dont la pièce principale, la Bastille, est située au sommet du contrefort rocheux de la Chartreuse qui domine la ville. Cette situation lui permet de contrôler l’unique voie de circulation à l’ouest.

Le 13 mars 1470, le chapitre Notre-Dame loue à Eynard Pradel, auditeur à la chambre des comptes du Dauphiné, une parcelle des coteaux qui surplombent Grenoble. Eynard Pradel fait construire au milieu de ses vignes une habitation ayant l’aspect d’une maison forte. L’édifice se compose d’un massif quadrangulaire, cantonné aux deux angles côté Vercors de deux tours de vingt mètres de hauteur et de plan plus ou moins circulaire. Cinq niveaux se superposent, desservis par un escalier en vis logé dans la tour sud : une petite cave taillée dans la roche, une pièce voûtée un peu plus vaste (cuisine ?), deux étages d’habitation et un niveau de combles défensifs pourvu d’archères-canonnières. Une toiture aujourd’hui disparue couvrait le corps central et il faut probablement restituer des toitures en poivrière sur les tours d’angle.

À la mort d’Eynard Pradel en 1507, sa veuve, ne pouvant subvenir à une telle propriété, doit la céder. En 1513, après plusieurs reventes, la maison forte et les vignes sont finalement acquises par un conseiller du parlement de Dauphiné, Bertrand Rabot. L’ensemble reste dans la famille Rabot pendant 122 ans, avant de devenir propriété militaire. Au XXe siècle, la fonction défensive de la ville n’étant plus d’actualité, les militaires abandonnent le fort. Vers la fin des années 1940, ils cèdent le bastion à l’État, qui le transforme en cité universitaire en 1952. D’autres résidences pour étudiants sont construites entre 1960 et 1965, confirmant la vocation universitaire, toujours d’actualité, du site.

L’ensemble des ouvrages militaires de la Bastille est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

Fort Rabot, Rue Maurice Gignoux,Grenoble

Comment s'y rendre ?

Période historique

2ème période : VIIIe début IXe / 1590

Classé en

  • Patrimoine Monumental (Militaire)

Thématique(s)

  • Histoire & Evolution de la ville
  • Ville fortifiée/de garnison/militaire

Bibliographie

- MERCIER M., Histoire des fortifications de Grenoble de l'an 43 av. J.-C. à 1900. Grenoble : Impr. Guirimand, 1976, p.39.

Diaporama

Le fort Rabot (à droite)
Le fort Rabot, début XIXe siècle