Porte de France

Porte de France, 2020
© Photographie de Sylvain Frappat, VdG

Construite en 1620 contre la falaise au pied de la Bastille, sur la berge de l’Isère, la porte de France pratiquée dans l'enceinte construite par Lesdiguières (fin 16e - début 17e siècle) commande l’accès à la ville depuis le nord.

Son nom provient du fait qu’elle s’ouvre sur la route qui mène alors « en France », le Dauphiné étant en droit une terre d’Empire – le Rhône étant la frontière. Cette situation stratégique lui vaut un traitement architectural particulier. Sa façade extérieure est, chose rare dans la cité, entièrement appareillée en pierre de taille. L’alternance de calcaire gris et blanc lui donne son aspect bicolore dans la partie basse. Richier, un des sculpteurs favoris de Lesdiguières, en a souligné le rôle militaire par des trophées d’armes, faisceaux, tambours et drapeaux.

Utilisée jusqu’à la fin du 19e siècle, elle a marqué un changement majeur dans la vie des Grenoblois, qui n’étaient plus obligés d’emprunter les montées de Chalemont ou de Cularo sur les flancs de la Bastille pour sortir de la ville.

Cette porte, qui constitue un important vestige de l'enceinte Lesdiguières, est classée au titre des Monuments historiques.

Porte de France, Quai de France, Grenoble

Comment s'y rendre ?

Période historique

3ème période : 1590 / 1830

Classé en

  • Patrimoine Monumental (Militaire)
  • Patrimoine Urbain (Enceinte / Rempart)

Thématique(s)

  • Histoire & Evolution de la ville
  • Ville fortifiée/de garnison/militaire

En liaison avec cet élément du patrimoine

Bibliographie

- CAYOL-GERIN A., CHARBONNIER V. et de MONTJOYE A. Grenoble : traces d’histoire. Veurey : Ed. Le Dauphiné Libéré, 1997.

Diaporama

Porte de France, 2020
Porte de France, 2015
Porte de France à l'entrée de la ville, 2020
Porte de France : vue depuis la ville, 2020
Porte de France et Rabot, 19e siècle
Porte de France, début 20e siècle