Caserne de Bonne

Caserne de Bonne

La caserne de Bonne, fin XIXe siècle
© Carte postale, XIXe s., AMG

La présence de l’armée dans la place forte grenobloise est visible, outre les fortifications, par les terrains de manœuvre pour le génie et l’artillerie ou par l’hôpital militaire, tous situés hors les murs, mais aussi par la multiplication des casernes. Le mouvement amorcé dans les années 1830 avec celle du Rabot sur la Bastille s’est développé sur le front est (casernes Vinoy, Bizanet, Dode et de l’Alma), puis au sud avec les casernes Hoche et de Bonne et le quartier Bayard extra-muros.

Destinée à l’artillerie, la caserne de Bonne (1883) fait pendant à celle de l’artillerie de montagne (caserne Hoche), dont la sépare le boulevard menant directement de l’Isère à une des nouvelles portes de l’enceinte (boulevard Gambetta). D’un modèle courant, elle est organisée en trois édifices principaux encadrant la cour d’honneur carrée, plantée de platanes, à laquelle on accède en passant entre deux petits pavillons. Peu élevés, ces corps de logis sont couverts de combles brisés revêtus d’ardoise, alors que des bâtiments annexes et les services prennent place sur les côtés et à l’arrière. Comme ses homologues, la caserne est consommatrice d’espace, fait toujours gênant dans une cité contrainte par une fortification. Elle constitue de surcroît avec sa jumelle (caserne Hoche, disparue) un véritable verrou méridional.

Devenue plus tard un des hauts lieux de la Résistance lorsqu’A. Kospicki y détruit trente tonnes de munitions en décembre 1943, cette caserne a fait l’objet d’une reconversion spectaculaire en EcoQuartier modèle. La cour d’honneur conservée et remodelée, dédiée aux logements, se trouve désormais environnée de constructions neuves mêlant commerces, loisirs et habitat dans une perspective visant à concilier développement durable et patrimoine. La sévère clôture devenue perméable reste sensible par le contraste constructif avec ses abords immédiats.

Îlot entre le boulevard Gambetta et les rues Berthe-de-Boissieux, Marceau et Maginot, Grenoble

Comment s'y rendre ?

Période historique

5ème période : 1880 / 1925

Classé en

  • Patrimoine Monumental (Militaire)

Thématique(s)

  • Histoire & Evolution de la ville
  • Ville fortifiée/de garnison/militaire

Bibliographie

- PEISSEL G. Grenoble, Métamorphose d’une ville. Grenoble : Glénat, 2011.

Date

1883

Diaporama

La caserne de Bonne, fin XIXe siècle
Les deux pavillons d'entrée, début XXe siècle
La caserne de Bonne, 2012