"L'envol : l'Oiseau", 1967, de Costa COULENTIANOS

"L'envol : l'Oiseau", 1967, de Costa COULENTIANOS

Costas Coulentianos, "L'envol : l'Oiseau", 1967, acier Corten
© ADAGP, Paris, 2018. Photo Maurice Duverney-Prêt, 2007, VdG

Audio guide

  • français
  • anglais
  • espagnol
  • italien

Flight : The Bird, 1967, corten steel sculpture by Costas COULENTIANOS (1918-1995)

In the extension to Paul Mistral Park, redesigned by the architect-landscaper Alexandre CHEMETOFF, Flight: The Bird is an assemblage of thicksteel sheetsfitted into each other. The cylindrical base provides a central focus and also balances the thrusting movement of the sculpture. The continuity of the form is however broken by the tetrahedron-shaped elements. The thrusting effect is heightened further by any sudden movement from observers or passers-by. For the artist, the light, that creates rusty warm reflections on the sheet metal, can be seen as the mother-goddess without whom artistic creation is not possible. COULENTIANOS, who never felt the need to justify the rigorous deployment of his volumes, allows his sculpture to glide through space like a bird of prey.

The work was made within the framework of the first French symposium of sculpture in 1967. This international rendez vous for artists expressed the town of Grenoble’s desire to confront sculptors with the urban structures that accompanied the organisation of the 1968 Winter Olympics. Around fifteen works were thus created in-situ, from the northern entrance of the town to the Olympic village and through Paul Mistral Park.

Costas COULENTIANOS graduated from the Fine Arts School in Athens and continued his artistic training in Paris where he became a follower of the sculptor Henri LAURENS. He worked with diverse medium such as clay, plaster, lead, cast concrete, iron etc. and in the 1950s made some monumental works in steel. During the Greek civil war, COULENTIANOS came to France as a political refugee and died here in 1995. He was a direct heir of abstract sculpture that played on the use of multiple planes and sharp-edged volumes. His work is brought to life through this play on full and hollowed out areas, light and shade.

This work was commissioned by the town of Grenoble in 1967.

The town of Grenoble has more than 150 works installed in public places that we invite you to discover thanks to several trails across the town and on the grenoble-patrimoine.fr website. These trails have been created with the help of the Département of Isère and the Auvergne-Rhône-Alpes Regional Cultural Affairs Directorate.

Dans l’extension du parc Paul Mistral, redessiné par l'architecte paysagiste Alexandre CHEMETOFF, L'envol : l'Oiseau est un assemblage d'épaisses tôles en acier Corten ajustées les unes aux autres. Le socle cylindrique constitue le cœur et l’équilibre des impulsions de la sculpture. La continuité de la forme est cependant brisée par des sortes de tétraèdres. Cet effet d’envol peut être accentué par un mouvement rapide de l'observateur. Pour l'artiste, la lumière qui donne des reflets roux et chauds aux plaques de métal, est la déesse-mère sans qui l'on n'engendre rien artistiquement. COULENTIANOS, qui n'a jamais désiré justifier le déploiement rigoureux de ses volumes, laisse planer sa sculpture comme un oiseau de proie.

L’œuvre a été réalisée dans le cadre du 1er Symposium français de sculpture de 1967. Cette rencontre d’artistes internationaux exprime la volonté de la municipalité de Grenoble de confronter les sculpteurs aux aménagements urbains qui accompagnent l’organisation des Jeux Olympiques d’hiver de 1968. Une quinzaine d’œuvres a ainsi été créée in situ, de l’entrée nord de la Ville au Village Olympique en passant par le parc Paul Mistral.

Costas COULENTIANOS (1918 - 1995), diplômé de l'Ecole des Beaux-Arts d'Athènes, poursuit son enseignement à Paris où il devient le disciple du sculpteur Henri LAURENS. Il travaille sur divers supports comme la terre, le plâtre, le plomb, le ciment moulé et le fer. Il réalise des œuvres monumentales en acier dès les années 1950. Pendant la guerre civile grecque, COULENTIANOS est réfugié politique en France où il décède en 1995. C’est un héritier direct de la sculpture abstraite, qui joue avec les multiplications de plans et les volumes aux arêtes vives. Le jeu des pleins et des vides, de l'ombre et de la lumière donne vie à ses sculptures.

Cette œuvre est une commande de la ville de Grenoble en 1967. La Ville de Grenoble compte plus de 150 œuvres implantées sur l’espace public, que nous vous invitons à découvrir à travers plusieurs parcours dans la ville et sur le site grenoble-patrimoine.fr. Ces parcours ont été réalisés avec l’aide du Département de l’Isère et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne-Rhône Alpes.

Période historique

7ème période : 1968 / aube XXIe

Classé en

  • Patrimoine Monumental (Artistique, culturel et scientifique)

Thématique(s)

  • Art et culture

Bibliographie

- BOCCON-PERROUD I. et SAVINE M. Un musée sans murs : le premier Symposium français de sculpture, Grenoble été 1967. Grenoble, CNAC et Musée dauphinois, 1998.
- Un musée sans murs, la commande publique dans l'agglomération grenobloise depuis les années 50. Grenoble, CNAC et Musée dauphinois, 1999.

Crédit (auteur)

Direction des Affaires Culturelles, Ville de Grenoble

Date

1967