"L'envol : l'Oiseau", 1967, de Costa COULENTIANOS

"L'envol : l'Oiseau", 1967, de Costa COULENTIANOS

Costas Coulentianos, "L'envol : l'Oiseau", 1967, acier Corten
© ADAGP, Paris, 2018. Photo Maurice Duverney-Prêt, 2007, VdG

Dans l’extension du parc Paul Mistral, redessiné par l'architecte paysagiste Alexandre CHEMETOFF, L'envol : l'Oiseau est un assemblage d'épaisses tôles en acier Corten ajustées les unes aux autres. Le socle cylindrique constitue le cœur et l’équilibre des impulsions de la sculpture. La continuité de la forme est cependant brisée par des sortes de tétraèdres. Cet effet d’envol peut être accentué par un mouvement rapide de l'observateur. Pour l'artiste, la lumière qui donne des reflets roux et chauds aux plaques de métal, est la déesse-mère sans qui l'on n'engendre rien artistiquement. COULENTIANOS, qui n'a jamais désiré justifier le déploiement rigoureux de ses volumes, laisse planer sa sculpture comme un oiseau de proie.

L’œuvre a été réalisée dans le cadre du 1er Symposium français de sculpture de 1967. Cette rencontre d’artistes internationaux exprime la volonté de la municipalité de Grenoble de confronter les sculpteurs aux aménagements urbains qui accompagnent l’organisation des Jeux Olympiques d’hiver de 1968. Une quinzaine d’œuvres a ainsi été créée in situ, de l’entrée nord de la Ville au Village Olympique en passant par le parc Paul Mistral.

Costas COULENTIANOS (1918 - 1995), diplômé de l'Ecole des Beaux-Arts d'Athènes, poursuit son enseignement à Paris où il devient le disciple du sculpteur Henri LAURENS. Il travaille sur divers supports comme la terre, le plâtre, le plomb, le ciment moulé et le fer. Il réalise des œuvres monumentales en acier dès les années 1950. Pendant la guerre civile grecque, COULENTIANOS est réfugié politique en France où il décède en 1995. C’est un héritier direct de la sculpture abstraite, qui joue avec les multiplications de plans et les volumes aux arêtes vives. Le jeu des pleins et des vides, de l'ombre et de la lumière donne vie à ses sculptures.

Cette œuvre est une commande de la ville de Grenoble en 1967. La Ville de Grenoble compte plus de 150 œuvres implantées sur l’espace public, que nous vous invitons à découvrir à travers plusieurs parcours dans la ville et sur le site grenoble-patrimoine.fr. Ces parcours ont été réalisés avec l’aide du Département de l’Isère et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne-Rhône Alpes.

Période historique

7ème période : 1968 / aube XXIe

Classé en

  • Patrimoine Monumental (Artistique, culturel et scientifique)

Thématique(s)

  • Art et culture

Bibliographie

- BOCCON-PERROUD I. et SAVINE M. Un musée sans murs : le premier Symposium français de sculpture, Grenoble été 1967. Grenoble, CNAC et Musée dauphinois, 1998.
- Un musée sans murs, la commande publique dans l'agglomération grenobloise depuis les années 50. Grenoble, CNAC et Musée dauphinois, 1999.

Crédit (auteur)

Direction des Affaires Culturelles, Ville de Grenoble

Date

1967