"Colonne olympique : ouverture dans l'espace", 1967, de Morice LIPSZYC dit LIPSI

"Colonne olympique : ouverture dans l'espace", 1967, de Morice LIPSZYC dit LIPSI

Morice Lipszyc dit Lipsi, "Colonne olympique : ouverture dans l'espace", 1967, granit bleu de Lanhélin
© Photo Alain Fischer, 2008, VdG

A l’entrée nord de Grenoble, Colonne Olympique : Ouverture dans l'espace est un grand pilier aux bras ouverts en blocs de granit bleu de Lanhélin, conçu comme un signe accueillant et convivial. Le méticuleux travail de Morice LIPSI aboutit à l'harmonie des volumes qui s'épanouissent dans l'enchevêtrement de deux lourds croissants de granit. De ce matériau dur, se dégage une poésie primaire exaltée par les plans abstraits et anguleux. Les cercles rompus et les excavations symbolisent une certaine volonté d'ouverture sur l'espace. Mais d'après LIPSI, la plus intéressante des interprétations de sa sculpture doit être la plus spontanée !

Sur le domaine universitaire de Saint-Martin-d’Hères/Gières, on peut également voir L'Adret, autre sculpture en granit de l’artiste implantée dans le patio de Sciences Po Grenoble. L’œuvre a été réalisée dans le cadre du 1er symposium français de sculpture de 1967. Cette rencontre d’artistes internationaux exprime la volonté de la municipalité de Grenoble de confronter les sculpteurs aux aménagements urbains qui accompagnent l’organisation des jeux olympiques d’hiver de 1968. Une quinzaine d’œuvres a ainsi été créée in situ, de l’entrée nord de la ville au Village olympique en passant par le parc Paul Mistral.

Né en Pologne, Morice LIPSI (1898 - 1986) s’installe à Paris en 1912 et fait ses études à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. À partir de 1945, son travail le mène vers une sculpture purement abstraite. Il pratique exclusivement dès 1954 la taille directe de la pierre. Membre du comité exécutif de la Fédération Internationale des symposia de sculpture, LIPSI est le président de ce 1er symposium français. Membre des groupes « Espace », où il côtoie Le Corbusier, Gilioli et Bloc, et « Architecture Principe », Morice Lipsi est partisan de la création d'un nouveau style architectural européen intégrant les arts plastiques. Préférant les pierres les plus dures, il les attaque directement au pic, traces qui constituent un alphabet propre au sculpteur dans son dialogue avec l'objet.

Cette œuvre est une commande de la ville de Grenoble en 1967. La Ville de Grenoble compte plus de 150 œuvres implantées sur l’espace public, que nous vous invitons à découvrir à travers plusieurs parcours dans la ville et sur le site grenoble-patrimoine.fr. Ces parcours ont été réalisés avec l’aide du Département de l’Isère et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne-Rhône Alpes.

Période historique

7ème période : 1968 / aube XXIe

Classé en

  • Patrimoine Monumental (Artistique, culturel et scientifique)

Thématique(s)

  • Art et culture

En liaison avec cet élément du patrimoine

Bibliographie

- BOCCON-PERROUD I. et SAVINE M. Savine. Un musée sans murs : le premier Symposium français de sculpture, Grenoble été 1967. Grenoble, CNAC et Musée dauphinois, 1998.
- Un musée sans murs, la commande publique dans l'agglomération grenobloise depuis les années 50. Grenoble, CNAC et Musée dauphinois, 1999, p. 13.

Crédit (auteur)

Direction des Affaires Culturelles, Ville de Grenoble

Date

1967

Diaporama

Morice Lipszyc dit Lipsi, "Colonne olympique : ouverture dans l'espace", 1967, granit bleu de Lanhélin
Morice Lipszyc dit Lipsi, "Colonne olympique : ouverture dans l'espace", 1967, granit bleu de Lanhélin