"Naissance d'une chose intérieure", 1967, d’Ivan AVOSCAN

"Naissance d'une chose intérieure", 1967, d’Ivan AVOSCAN

Ivan Avoscan, "Naissance d'une chose intérieure", 1967, pierre Pouillenay (Bourgogne)

Audio guide

  • français
  • anglais
  • espagnol
  • italien

Birth of Something Inside, 1967, Sculpture made from Pouillenay stone (Burgundy).

Situated in the Olympic village this work evokes the origins of time. Two huge stone blocks enclose a third smaller one with rounded edges. A large opening has been made in the side of one of the blocks to contain like a matrix, a smaller rounded form. In this huge ensemble, a fecund dialogue is put in place between the voids and filled in spaces, the imposing volumes and the nooks and crannies, the darker areas and the surfaces bathed in light. This sculpture, made of huge forms, illustrates the originality of AVOSCAN’S formal language, translating his private and secret world, echoing the notion of meditation and telluric forces. Three fundamental elements define his work: the spirit of order, a taste for geometry and a passion for stone.

The work was made within the framework of the first French symposium of sculpture in 1967. This international rendezvous for artists expressed the town of Grenoble’s desire to confront sculptors with the urban structures that accompanied the organisation of the 1968 Winter Olympics. Around fifteen works were thus created in-situ, from the northern entrance to the town to the Olympic village and going through Paul Mistral Park.

After having discovered RODIN, BOURDELLE, BRANCUSI and ZADKINE, the great masters of modern sculpture, Ivan AVOSCAN (12928 - 2012) met Germaine RICHIER who helped him find his own artistic pathway. However, moving little by little away from figuration, from the early 60s onwards he devoted himself to creating monumental works in public spaces. The most well-known piece embodies the “Gateway to the sun” on a motorway service area near Montélimar.

This work was commissioned by the town of Grenoble in 1967. The town of Grenoble has more than 150 works installed in public places that we invite you to discover thanks to several trails across the town and on the grenoble-patrimoine.fr website. These trails have been created with the help of the Département of Isère and the Auvergne-Rhône Alpes Regional Cultural Affairs Directorate.

Implantée dans le Village Olympique, cette œuvre en pierre Pouillenay (Bourgogne) évoque le temps des origines. Deux immenses blocs de pierre enserrent un troisième, plus petit, aux contours arrondis. Une large ouverture est creusée dans le flanc de l’un d’entre eux pour recevoir, telle une matrice, une forme ronde de plus petite taille. Dans cet ensemble massif, un dialogue fécond s'instaure entre les vides et les pleins, les masses imposantes et les anfractuosités, les ombres et les surfaces baignées par le soleil. Cette sculpture aux formes cyclopéennes illustre l’originalité du langage plastique d’Ivan AVOSCAN, traduisant son monde intime et secret, faisant écho à la méditation et aux forces telluriques. Trois éléments fondamentaux définissent son œuvre : l'esprit d'ordre, le goût de la géométrie et l'amour de la pierre.

L’œuvre a été réalisée dans le cadre du 1er symposium français de sculpture de 1967. Cette rencontre d’artistes internationaux exprime la volonté de la municipalité de Grenoble de confronter les sculpteurs aux aménagements urbains qui accompagnent l’organisation des jeux olympiques d’hiver de 1968. Une quinzaine d’œuvres a ainsi été créée in situ, de l’entrée nord de la Ville au Village olympique en passant par le parc Paul Mistral.

Après avoir découvert RODIN, BOURDELLE, BRANCUSI et ZADKINE, les grands maîtres de la sculpture moderne, Ivan AVOSCAN (1928 - 2012) rencontre Germaine RICHIER qui lui fait prendre conscience de sa propre voie. Se détachant toutefois peu à peu de la figuration, il se consacre à partir du début des années 60 à la création d'œuvres monumentales dans l'espace public, dont la plus connue matérialise Les Portes du soleil sur une aire d'autoroute près de Montélimar.

Cette œuvre est une commande de la Ville de Grenoble en 1967. La Ville de Grenoble compte plus de 150 œuvres implantées sur l’espace public, que nous vous invitons à découvrir à travers plusieurs parcours dans la ville et sur le site grenoble-patrimoine.fr Ces parcours ont été réalisés avec l’aide du Département de l’Isère et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne-Rhône Alpes.

Période historique

7ème période : 1968 / aube XXIe

Classé en

  • Patrimoine Monumental (Artistique, culturel et scientifique)

Thématique(s)

  • Art et culture

En liaison avec cet élément du patrimoine

Bibliographie

- BOCCON-PERROUD I. et SAVINE M. Un musée sans murs : le premier Symposium français de sculpture, Grenoble été 1967. Grenoble, CNAC et Musée dauphinois, 1998.
- Un musée sans murs, la commande publique dans l'agglomération grenobloise depuis les années 50. Grenoble, CNAC et Musée dauphinois, 1999, p. 11.

Crédit (auteur)

Direction des Affaires Culturelles, Ville de Grenoble

Date

1967

Site internet

http://www.avoscan.eu