Vespasiennes

Présentation du modèle de Vespasienne adoptée par la ville de Grenoble.
© Extrait d’un catalogue de l’entreprise François Blanc, XIXe s., AMG.
LE CIMENT MOULÉ, RICHESSE DE L'ARCHITECTURE ET DU MOBILIER URBAIN L’essor de la ville se traduit aussi par des projets d’urbanisme où le ciment a toute sa part. Testé en revêtement de chaussée, il connaît un succès foudroyant pour les conduites (eau, gaz) et les trottoirs, où les fabricants apposent leur marque en signature. Le terme « trottoir grenoblois » demeure d’ailleurs utilisé universellement pour désigner des revêtements en béton. Sur un projet de l’architecte municipal, une maison grenobloise fabrique également en série du mobilier urbain vendu sur catalogue, tels ces curieux édicules destinés à améliorer l’hygiène de l’espace public. Boris Vian n’hésita pas à les qualifier de « somptueuses pissotières à une personne […] en forme de tour creuse échauguette. […] La tôle de protection est cependant un peu basse mais ça donne de la noblesse à celui qui officie. » Le modèle, très présent dans la ville où il est désormais préservé, fut aussi acheté par d’autres cités telles que Lyon.

Rue Hébert, quais de France et Perrière, place Hubert-Dubedout, cours Jean-Jaurès, boulevard Gambetta, etc. Grenoble
Géolocalisation incomplète car multiple

Comment s'y rendre ?

Période historique

5ème période : 1880 / 1925

Classé en

  • Patrimoine Urbain (Mobilier Urbain)

Thématique(s)

  • Histoire & Evolution de la ville
  • Sciences/techniques/innovation

Bibliographie

- R. Bourgeois, S. Corporon et V. de Taillandier, « Promenades dans Grenoble », Grenoble, PUG, 2004.
- A. Cayol-Gérin, C. Guichard, B. Riboreau, « L'or gris du grand Grenoble », Lyon, Patrimoine rhônalpin, 1994.
- J-F. Parent, « Grenoble : deux siècles d'urbanisation : projets d'urbanisme et réalisations architecturales, 1815-1965 », Grenoble, PUG, 1982.
- C. Avenier, « Les ciments de l'Isère : deux siècles d’innovation», Veurey, ed. Le Dauphiné Libéré, 2010.

Diaporama

Présentation du modèle de Vespasienne adoptée par la ville de Grenoble.
Vespasienne sur le cours Saint-André (actuel cours Jean Jaurès et de la Libération).
Vespasienne.