Patrimoine naturel et paysager

Patrimoine naturel et paysager

Vue aérienne du centre ville de Grenoble et de La Tronche
© photo Alain Fischer, 2014, VdG

Le patrimoine naturel et paysager

L’omniprésence du paysage

Paysage, patrimoine et architecture… La diversité des massifs qui l’entourent ainsi que sa position au confluent de vallées façonnées par l’histoire des glaciers offrent à Grenoble un cadre de ville exceptionnel. Des rues étroites du centre-ancien comme du promontoire de la Bastille, les liaisons visuelles rattachent la ville à son paysage, à son environnement naturel proche que dessinent sur son territoire une trame verte, des parcs et jardins. Les contraintes du site marquent profondément l’histoire de Grenoble. Cularo, puis Gratianopolis enfin Grenoble, plus de 2000 ans d’histoire au cours de laquelle les enceintes successives enserrant la ville jusqu’au 20e siècle jouent un rôle déterminant dans son évolution.

La diversité géologique du territoire grenoblois : un condensé de l’histoire des alpes

Ce territoire peut s’enorgueillir d’avoir un cadre de ville exceptionnel. La diversité des massifs qui l’entourent ainsi que sa position au confluent de vallées façonnées par l’histoire des glaciers offrent à Grenoble la plus originale des histoires géologiques.

Le cadre de la ville

La ville de Grenoble, issue d’une ville ancienne construite sur les contreforts du Mont Rachais, s’est développée dans la plaine alluviale de l’Isère, en amont du confluent du Drac avec l'Isère, entre les massifs de Belledonne à l’est, de la Chartreuse au nord-est et du Vercors au sud-ouest.

Site contraint par la géographie, cerné de massifs montagneux et à la confluence d’une rivière divagante (l’Isère) et d’un torrent capricieux (le Drac), l’installation humaine ne pouvait se réaliser qu’au seul endroit où le franchissement de l’Isère fut possible, c'est-à-dire là où le cône de déjection du Drac obligeait la rivière, collée contre le massif de la Chartreuse, à n’avoir plus qu’un seul lit. Telle fut l’origine de cette bourgade, développée au sud de la rivière, qui, il y a deux mille ans, passa, en trois siècles, d’une ville de Gaule de taille moyenne au statut d’une ville secondaire puis à un chef-lieu. Ainsi va la destinée de Grenoble, à vocation de s’étendre, malgré un point d’ancrage difficile et une extension limitée à trois directions dans des terrains sans fondement, et à présenter tous les germes d’une très grande cité.

De plus, la diversité géologique du territoire grenoblois constitue son attraction principale, couvrant à lui seul une grande partie de l’histoire des Alpes, et offrant ainsi à notre génération et aux générations futures un livre naturel, merveilleux, à découvrir et à protéger.

La nature dans la ville, parcs et jardins

La présence de la végétation et de la nature dans la ville est une question importante pour Grenoble et la Métropole. Sur la commune de Grenoble, la trame verte représente 435 ha (200 ha d’espaces verts privés, 235 ha d’espaces verts publics) soit 23% de la surface communale totale. Elle est constituée de 61 parcs et jardins publics, de toitures végétalisées, de liaisons douces entre les quartiers. Hors site de la Bastille, près de 36 000 arbres sont plantés en ville de 451 variétés différentes. Sur la base d’un diagnostic écologique des espaces verts engagé en 2012, ont été précisées des orientations de gestion de sites et des recommandations afin de conserver, voire de restaurer certains corridors écologiques. En matière de biodiversité, le diagnostic de 2012 a permis de mettre en évidence : 217 espèces de vertébrés sur Grenoble, dont 54 sont inscrites en liste rouge de l’Isère, 638 espèces et sous-espèces végétales dont 18 espèces patrimoniales ; parmi elles, la Petite massette espèce rare et protégée au niveau européen, observée sur les berges de l’Isère. Enfin, Grenoble est aussi propriétaire de 500 ha classés dans la Réserve Naturelle Régionale des Isles du Drac et a investi 6 millions d’euros avec ses partenaires depuis 2009 pour rénover et sécuriser le site de captage d’eau potable de Rochefort desservant Grenoble.

Le paysage urbain très compact ouvre sur des jardins aménagés, répondant chacun à un moment de l’expansion de la ville. Les services municipaux et l’Office de Tourisme proposent à l’occasion de manifestations nationales (Journées Européennes du Patrimoine, Rendez-vous aux jardins…) ou locales des visites guidées de certains parcs ou jardins.

 

 

 

 

 

Période historique

Hors période

Classé en

  • Patrimoine Paysager

Thématique(s)

  • Patrimoine naturel et paysager

Crédit (auteur)

Direction des Affaires Culturelles, Ville de Grenoble

Diaporama

Vue aérienne du centre ville de Grenoble et de La Tronche
Anonyme, "Vue de Grenoble, Bastille et Isère", début XIXe
Lever du jour, vue depuis Fauvettes, Saint-Matin-le-Vinoux